Partagez

Silver • You ask me how to cure your headache, use a gun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Silver G. Davidson
Bienvenue à Carson City !

Un peu plus sur toi ...
Messages : 76
Célébrité : Adam Gallagher
Gang's activity : 70
Date d'emménagement : 02/07/2013


Silver • You ask me how to cure your headache, use a gun Empty
MessageSujet: Silver • You ask me how to cure your headache, use a gun Silver • You ask me how to cure your headache, use a gun EmptyJeu 25 Juil - 1:09



Prénom Prénom Nom

Citations


Salut toi ! Tu me connais pas ? Alors je vais me présenter !
Je m'appelle Silver Gael Davidson. Il se trouve que je suis né(e) le 30 mars 1991 au Nevada, Carson City . Je suis donc américain de souche et par déduction j'ai 22 ans. Ils se trouve que ma famille se compose de une grande soeur. Je suis aussi dans une relation compliquée, et je suis bisexuel. On peut dire que côté caractère je suis plutôt égotiste, arrogant, je m'enfoutiste mais encore fidèle en amitié, pourri gâté, excentrique, souriant. Vous saviez qu'on peut me remarquer grâce à mon tatouage au point et aussi mes habits à la mode ? Je vais vous avouer un petit secret, approchez donc ... Mon pêché mignon se trouve être le concombre Oh j'allais oublier, ce dont vous ne vous doutez pas, c'est que je suis étudiant aux beaux arts, et pour me détendre en sortant du boulot j'exerce ma passion qui se trouve être la peinture, surpris ? Je fais également partie du groupe Hell's cry

Ma conception n’a rien d’exceptionnel. Je suis né un 30 mars 1991 à Carson City, Nevada. Je suis le cadet d’une famille composée de quatre personnes ; mes parents et ma grande sœur Crystal. Mes parents ont des statuts considérables dans la société. Ma mère est une avocate et mon père est un homme d’affaire réputé, à ma connaissance, son domaine attiré est le pétrole mais je n’en suis pas vraiment certain. Je ne me suis jamais senti proche d’eux n’étant presque jamais à la maison. Depuis tout petit, j’ai appris à compter sur moi et surtout à me faufiler dans ma bulle. Non, je ne les ai jamais exclus, ils n’ont pas eu besoin de moi pour le faire. Cependant, on donnait l’image de la famille réunie et parfaite lors des soirées mondaines de mon paternel. Une illusion qui m’a toujours amusé tellement elle était fausse. Dans cette spirale mensongère, il y avait une seule réalité ; ma sœur. On s’aimait énormément. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Crystal ne s’est jamais rebellé après ma naissance pour ne plus être le centre d’intérêt de nos parents car je ne l’étais pas. Leurs boulots consistaient leur jubilation et rapidement, Crystal et moi l’avaient compris. Depuis notre enfance, on s’est montré proche l’un de l’autre. Elle me faisait mon déjeuner et de mon coté, je faisais ce qu’elle me conseillait. Il n’y avait aucune jalousie, aucune tension. Certes, on se chamaillait tout le temps mais on se réconciliait rapidement en se faufilant dans les bras de l’autre.

Crystal a été la première à voir mes dessins et à me féliciter. Elle était celle qui me montrait comment faire du vélo. Elle était là dans les occasions les plus cruciales où nos parents devaient nous gratifier de leur présence. Mais pour être honnête, je n’avais pas besoin d’eux, ma grande sœur, à elle seule, arrivait à remplir ma vie et me tirer un sourire sincère.
L’adolescence avait sonné, rebelle. Mon caractère avait développé une certaine arrogance inconsciente et qui m’a valut le sobriquet de Narcisse. J’étais fier de ce que j’étais et de ce que j’avais ; j’avais les moyens et la tète pour compléter le tout. Et pourtant, lui arrivait à me voir comme j’étais ; un ado mal dans sa peau espérant l’attention de ses géniteurs. Samuel. C’était son nom. On s’est toujours méprisé. Il venait d’un milieu peu aisé alors que de mon coté, il suffisait d’une petite demande pour avoir ce dont je voulais. Là encore, je ne peux énumérer la raison pour laquelle on s’est rapproché. Peut-être que la peinture était pour quelque chose. On partageait cette passion commune et lors d’un vernissage, on s’est inconsciemment mit à s’échanger autre que des insultes, à parler de nos peintres préférés arrivant jusqu’au point de montrer nos œuvres respectives.

On se voyait très souvent, à converser de longues heures et à s’ouvrir l’un à l’autre. Notre amitié non soupçonnée avait pris place dans mon existence. Et je me sentais bien malgré les étranges émotions qui me tressaillirent dès que je le voyais. Etait-ce de l’amour ou autre, je ne pouvais le dire, ce dont je me rappelle c’est la colère sourde qui me berce dès que je le vois perçois avec une fille. Crystal m’a toujours dit que c’était normal, que je me cherchais encore mais je savais que ce n’était pas passager. J’avais raison et les évènements futurs peuvent en témoigner.

A coté de Crystal et Samuel, j’avais une bande de riche avec lequel traîner de temps en temps. Cette période occasionnelle était devenue une habitude jusqu’à former un cercle fermé animé par la haine pour les autres statuts sociaux. Je me suis retrouvé dans un gang sans que je comprenne vraiment. L’idée ne m’a pas paru dégueulasse. J’aimais deviner la crainte dans les yeux des autres, cette sensation de force vis-à-vis des autres sans me rendre compte de l’ampleur de la situation. Je n’en pris connaissance que lorsque j’ai tenu un flingue entre les doigts. Mon ultime preuve de mon incapacité de me retirer. Je pensais au début que ce n’était rien d’important, que c’était un gang formé pour s’amuser et passer le temps. Le choc était grandiose lors de la première altercation avec un autre gang. Je n’oublierai jamais la vision du sang coulant sans arriver à faire quoi que ce soit pour arrêter tout cela. Avec le temps, j’en ai pris goût. Je ne devais pas laisser tomber mes frères et cela même si Samuel faisait partie du gang ennemi. Lorsque je l’ai vu dans les rangs rivaux, j’ai su que notre relation ne deviendra plus jamais ce qu’elle était. On est advenu à ne plus se supporter, à se balancer des pics à l’université dès qu’on a l’occasion. Je n’avais que Crystal même si elle a décidé de devenir flic. Je refuse catégoriquement de lui dévoiler l’autre face de ma personne ; un gangster adorant la sensation d’une arme dans sa main. Je ne sais comment tout cela allait finir. Ce dont je suis certain, il n’y aura pas de fin heureuse comme dans les films. La vraie vie est bien plus cruelle et je suis définitivement prêt à l’affronter.


Hello ! Derrière mon personnage qui ressemble comme deux goûtes d'eau à Adam Gallagher, je suis en réalité une fille, j'ai 27 ans. Je m'appelle Eya mais on me nomme aussi Phantasmagoria sur la toile. Ma présence sur le forum sera de 6/7j. Je fais environ 700/1000 mots. J'ai connu le forum grâce à Meghan ♥ . Mon mot de la fin sera Je vous aime:mouton: 




@ Pomme Ecarlate

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Silver • You ask me how to cure your headache, use a gun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Présentation de ~Silver~
» Silver Blaze, la flamme
» [Creepypasta] Lost Silver
» [Evènement, Festival de la Fraternité]Fairy tail et Silver Fang, Glace et Gravité .. Un duo inédit !
» Silver Absolutly

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Carson City's Gangs :: Becoming :: Présentations-